「赤に赤をかさねよ、青には青を、愛には愛を、惡には惡を」

「赤に赤をかさねよ、青には青を、愛には愛を、惡には惡を」



Arthur Rimbaud 185491VoyellesA noir, E blanc, I rouge, O bleu, U vert.」に觸發されて、私は
赤に赤をかさねよ、青には青を、愛には愛を、惡には惡を」と作り、
」でたちまちイキ詰まって、そのまゝ、わが詩人たる才能を懷疑して(斷念といふほどの決心もなかったが)、なんとなくわが詩人の時代を過ぎてしまってゐたのであった。

そして、「詩人は職業ではない」、さらには「藝術は職業にはあらず」と口走るするやうになってゐた。私の力点は「藝術」よりも「職業」のはうにあったやうで、こゝにも「およそ職業といふ名のつくものがやり切れぬ」といふラムボウの口吻がおそらく谺してゐたのであらう。少年時に受けたラムボウの影響は、わが人生上に思ってゐる以上に強烈なものであったらしい。

今時はインターネット上でラムボウの詩文は原文で閲覧できるので、昔、小林秀雄190283の譯と首っ引きで讀んだことなど懷ひだしながら、時折讀み返してゐる。辭書を引くのが面倒な私には便利な飜譯機能が重寶であり、かうした時間を可能にしてくれたインターネットに、老年になっても「少年の完成」を夢見つづける私のためかのやうにさへ、思はれてくるのである。
テキストやイメジのアーカイヴ、それに YouTube の動画類、それらは私の少年期青年期を如実に、いやそれ以上の細密さで再現してくれる。それらを見たり聞いたりしながら、鏡のなかに入っていくやうにして自分の青春の時代に戻って行く。その時、私は少年の私であり、青年の私となってゐる。
私の少年期頃にレコウドやテレビなどが普及して、活字とともに視聽覺的体験が豐富にできるやうになった。じつに多種多樣となったメディアによって、しかも東西文化の溜まり場のやうな日本であったおかげもあり、古今東西の文化を經驗できたのは、なんといふ好運であったらうと思ふ。そして、今、それらを反芻するやうに再体験できるのだから、これ以上に惠まれた人生はあるまいと。本も映画も音樂も、クラシックもジャズも、落語も、それらに付随して各種諸々の事どもの記憶が私を甦らせていく。
かうして、日々の時間はわが永遠と化し、 ‥‥



↑ Art of Heart ――――――――― 思考 69 空想 ――――――――― Word of World ↓

{以下は、「母音」のある『錯亂Ⅱ』「言葉の錬金術」の部分を、戲れに所々譯してみたものです。私家用のいい加減なものですから、どうぞそのおつもりで

Arthur Rimbaud 185491 DÉLIRES II 錯亂



ALCHIMIE DU VERBE コトバの錬金術

À moi. L’histoire d’une de mes folies. 私へ。わが狂氣の物語。 

Depuis longtemps je me vantais de posséder tous les paysages possibles, et trouvais dérisoires les célébrités de la peinture et de la poésie moderne. 長い間、ありとあらゆる景色を占有してゐるのがわが自慢であり、有名な畫家や詩人どもにはケッサクなるものを見付けだすだけであった。 
J’aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques, enseignes, enluminures populaires ; la littérature démodée, latin d’église, livres érotiques sans orthographe, romans de nos aïeules, contes de fées, petits livres de l’enfance, opéras vieux, refrains niais, rythmes naïfs. 俺は愛した、白痴の繪を、扉の飾りを、芝居の書き割りを、店の看板を、絵草紙を;時代遲れの文學を、教會のラテン語を、ひどい文章のエロ本を、御先祖樣のロマンを、妖精のコントを、子供の小さな本を、古めかしいオペラを、愚かしいルフランを、素朴なリズムを。
Je rêvais croisades, voyages de découvertes dont on n’a pas de relations, républiques sans histoires, guerres de religion étouffées, révolutions de mœurs, déplacements de races et de continents : je croyais à tous les enchantements.  俺は十字軍を夢見た、見知らぬ地への發見の旅、歴史のない共和國、息詰まる宗教戰爭、習慣の革命、民族と大陸との移動 を。それらすべての魅惑を俺は信じた。 
J’inventai la couleur des voyelles ! — A noir, E blanc, I rouge, O bleu, U vert. — Je réglai la forme et le mouvement de chaque consonne, et, avec des rythmes instinctifs, je me flattai d’inventer un verbe poétique accessible, un jour ou l’autre, à tous les sens. Je réservais la traduction. 俺は母音の色彩を發明した。Aは黒、Eは白、Iは赤、Oは青、Uは緑。それぞれの調和の形と動きとを俺は調整した。そして、本能の律動によって、手に入りやすい詩的言語の發明をも目論んだ。俺は飜譯を留保した。 
Ce fut d’abord une étude. J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Je fixais des vertiges. 最初は試作であった。俺は沈默を書いた、夜を書き、表現しえないことについて氣付いた。俺は眩暈を定着した。 

——— 

Loin des oiseaux, des troupeaux, des villageoises,Que buvais-je, à genoux dans cette bruyèreEntourée de tendres bois de noisetiers,Dans un brouillard d’après-midi tiède et vert !
Que pouvais-je boire dans cette jeune Oise,— Ormeaux sans voix, gazon sans fleurs, ciel couvert ! —Boire à ces gourdes jaunes, loin de ma caseChérie ? Quelque liqueur d’or qui fait suer.
Je faisais une louche enseigne d’auberge.Un orage vint chasser le ciel. Au soirL’eau des bois se perdait sur les sables vierges, 
Le vent de Dieu jetait des glaçons aux mares ; 
神の風は氷の塊を池に投げつけた。 

Pleurant, je voyais de l’or — et ne pus boire. —
泣きながら、俺は黄金を見たが ―― 呑むことはできなかった。 

——— 

À quatre heures du matin, l’été,Le sommeil d’amour dure encore.Sous les bocages s’évaporeL’odeur du soir fêté.
朝の四時、夏。愛の睡りはまだ續く。木立の下には、祭の夜のにほひが漂ってゐる。 

Là-bas, dans leur vaste chantierAu soleil des Hespérides,Déjà s’agitent — en bras de chemise —Les Charpentiers. 

Dans leurs Déserts de mousse, tranquilles,Ils préparent les lambris précieuxOù la villePeindra de faux cieux. 

Ô, pour ces Ouvriers charmantsSujets d’un roi de Babylone,Vénus ! quitte un instant les AmantsDont l’âme est en couronne. 

Ô Reine des Bergers,Porte aux travailleurs l’eau-de-vie,Que leurs forces soient en paixEn attendant le bain dans la mer à midi. 

——— 

La vieillerie poétique avait une bonne part dans mon alchimie du verbe. 古臭い詩作がわがコトバの錬金術での唯一の取り得であった。
Je m’habituai à l’hallucination simple : je voyais très-franchement une mosquée à la place d’une usine, une école de tambours faite par des anges, des calèches sur les routes du ciel, un salon au fond d’un lac ; les monstres, les mystères ; un titre de vaudeville dressait des épouvantes devant moi. 俺は單純な幻覺には慣れてゐた:俺は工場のある所に建つモスクをきはめて自在に見ることができた、天使たちが打ち鳴らす太鼓の學校を、天空の道を驅ける四輪馬車を、湖の底のサロンを;怪物を、神秘を;私に現前する恐怖のボウドヴィルとして。
Puis j’expliquai mes sophismes magiques avec l’hallucination des mots ! さうして、俺はコトバの幻覺で魔術的な詭弁を説明したのだ。
Je finis par trouver sacré le désordre de mon esprit. J’étais oisif, en proie à une lourde fièvre : j’enviais la félicité des bêtes, — les chenilles, qui représentent l’innocence des limbes, les taupes, le sommeil de la virginité ! Mon caractère s’aigrissait. Je disais adieu au monde dans d’espèces de romances : 俺は聖なるものの發見によってわが精神の混亂を終らせた。高熱に冒されて、俺は白痴となった:俺は動物の至福を羨んだ ―― リンボ[天國と地獄との間にある場處]に無垢を描く毛虫、純潔に睡る土龍! 俺の性格は辛辣となった。俺は大袈裟な作り話のなかにあって、人の世と訣別した。

        CHANSON DE LA PLUS HAUTE TOUR. 最高の高塔の歌 
            Qu’il vienne, qu’il vienne,
            Le temps dont on s’éprenne.
陶醉の時よ、來たれ

            J’ai tant fait patience
            Qu’à jamais j’oublie.
            Craintes et souffrances
            Aux cieux sont parties.
            Et la soif malsaine
            Obscurcit mes veines.
よくぞ忍耐した けっして忘れもしない 恐怖も苦惱も 空へと離れていった そして、不健康な渇きが血の巡り暗鬱にする

            Qu’il vienne, qu’il vienne,
            Le temps dont on s’éprenne.

            Telle la prairie
            À l’oubli livrée,
            Grandie, et fleurie
            D’encens et d’ivraies,
            Au bourdon farouche
            Des sales mouches.


            Qu’il vienne, qu’il vienne,
            Le temps dont on s’éprenne.


J’aimai le désert, les vergers brûlés, les boutiques fanées, les boissons tiédies. Je me traînais dans les ruelles puantes et, les yeux fermés, je m’offrais au soleil, dieu de feu.

« Général, s’il reste un vieux canon sur tes remparts en ruines, bombarde-nous avec des blocs de terre sèche. Aux glaces des magasins splendides ! dans les salons ! Fais manger sa poussière à la ville. Oxyde les gargouilles. Emplis les boudoirs de poudre de rubis brûlante… »

Oh ! le moucheron enivré à la pissotière de l’auberge, amoureux de la bourrache, et que dissout un rayon !

   
               FAIM.

            Si j’ai du goût, ce n’est guère
            Que pour la terre et les pierres.
            Je déjeune toujours d’air,
            De roc, de charbons, de fer.


            Mes faims, tournez. Paissez, faims,

                Le pré des sons.

            Attirez le gai venin

                Des liserons.


            Mangez les cailloux qu’on brise,
            Les vieilles pierres d’églises ;
            Les galets des vieux déluges,
            Pains semés dans les vallées grises.


———


            Le loup criait sous les feuilles
            En crachant les belles plumes
            De son repas de volailles :
            Comme lui je me consume.


            Les salades, les fruits
            N’attendent que la cueillette ;
            Mais l’araignée de la haie
            Ne mange que des violettes.


            Que je dorme ! que je bouille
            Aux autels de Salomon.
            Le bouillon court sur la rouille,
            Et se mêle au Cédron.


               FAIM.

            Si j’ai du goût, ce n’est guère
            Que pour la terre et les pierres.
            Je déjeune toujours d’air,
            De roc, de charbons, de fer.


            Mes faims, tournez. Paissez, faims,

                Le pré des sons.

            Attirez le gai venin

                Des liserons.


            Mangez les cailloux qu’on brise,
            Les vieilles pierres d’églises ;
            Les galets des vieux déluges,
            Pains semés dans les vallées grises.


———


            Le loup criait sous les feuilles
            En crachant les belles plumes
            De son repas de volailles :
            Comme lui je me consume.


            Les salades, les fruits
            N’attendent que la cueillette ;
            Mais l’araignée de la haie
            Ne mange que des violettes.


            Que je dorme ! que je bouille
            Aux autels de Salomon.
            Le bouillon court sur la rouille,
            Et se mêle au Cédron.


Enfin, ô bonheur, ô raison, j’écartai du ciel l’azur, qui est du noir, et je vécus, étincelle d’or de la lumière nature. De joie, je prenais une expression bouffonne et égarée au possible :

            Elle est retrouvée !
            Quoi ? l’éternité.
            C’est la mer mêlée
                Au soleil.
また見付かった! 何が? 永遠が。海と溶けあふ太陽が


            Mon âme éternelle,
            Observe ton vœu
            Malgré la nuit seule
            Et le jour en feu.
わが永遠なる魂、汝の誓約を心せよ、獨り寢の夜も、燃えあがる日も

            Donc tu te dégages
            Des humains suffrages,
            Des communs élans !
            Tu voles selon.....
それゆゑ、汝はみづから自由となって、人間どもの約束事から、平凡な願望から迯れて、飛んでいくのだ

            — Jamais l’espérance.
                Pas d’orietur.
            Science et patience,
            Le supplice est sûr.
けっして希望ではなく、orietur でもなく。知識と忍耐。が、苦悶はその上にある。

            Plus de lendemain,
            Braises de satin,
                Votre ardeur
                Est le devoir.
もはや次の日はなし、サテンの燃え滓、あなたの灼熱が、人の爲すべきことだ。

            Elle est retrouvée !
            — Quoi ? — l’Éternité.
            C’est la mer mêlée
                Au soleil.


———

Je devins un opéra fabuleux : je vis que tous les êtres ont une fatalité de bonheur : l’action n’est pas la vie, mais une façon de gâcher quelque force, un énervement. La morale est la faiblesse de la cervelle. À chaque être, plusieurs autres vies me semblaient dues. Ce monsieur ne sait ce qu’il fait : il est un ange. Cette famille est une nichée de chiens. Devant plusieurs hommes, je causai tout haut avec un moment d’une de leurs autres vies. — Ainsi, j’ai aimé un porc.

Aucun des sophismes de la folie, — la folie qu’on enferme, — n’a été oublié par moi : je pourrais les redire tous, je tiens le système.

Ma santé fut menacée. La terreur venait. Je tombais dans des sommeils de plusieurs jours, et, levé, je continuais les rêves les plus tristes. J’étais mûr pour le trépas, et par une route de dangers ma faiblesse me menait aux confins du monde et de la Cimmérie, patrie de l’ombre et des tourbillons.

Je dus voyager, distraire les enchantements assemblés sur mon cerveau. Sur la mer, que j’aimais comme si elle eût dû me laver d’une souillure, je voyais se lever la croix consolatrice. J’avais été damné par l’arc-en-ciel. Le Bonheur était ma fatalité, mon remords, mon ver : ma vie serait toujours trop immense pour être dévouée à la force et à la beauté.

Le Bonheur ! Sa dent, douce à la mort, m’avertissait au chant du coq, — ad matutinum, au Christus venit, — dans les plus sombres villes :

                Ô saisons, ô châteaux !
            Quelle âme est sans défauts ?


            J’ai fait la magique étude
            Du bonheur, qu’aucun n’élude.


            Salut à lui, chaque fois
            Que chante le coq gaulois.

            Ah ! je n’aurai plus d’envie :
            Il s’est chargé de ma vie. 
            Ce charme a pris âme et corps
            Et dispersé les efforts.

                Ô saisons, ô châteaux !

            L’heure de sa fuite, hélas !
            Sera l’heure du trépas.

                Ô saisons, ô châteaux !

———

Cela s’est passé. Je sais aujourd’hui saluer la beauté.
過ぎ去ったことだ。俺は今では美への敬禮の仕方を知ってゐる。